Rencontre avec les Zécogeeks

Zécogeeks

On associe rarement l’univers du ZD et la communauté gaming. Pourtant, les deux sujets font appel à la créativité et à l’innovation. Alors, les gamers sont-ils si hermétiques que cela aux enjeux environnementaux? Et si au contraire de nouvelles idées émergeaient en investissant d’autres plateformes pour rejoindre ce nouveau public? C’est le pari que s’est lancé Cindy Trottier en démarrant Les Zécogeeks au mois de novembre 2020.

Circuit zéro déchet

Le projet

Les Zécogeeks, c’est quoi?

C’est à la fois des moments de jeux en streaming et un podcast rassembleur où on peut discuter de diverses thématiques, dont l’art, le zéro déchet et autres.

Le podcast « La tête dans les poubelles » amène une réflexion avec les autres streamers, sous forme collaborative avec un esprit positif, dans une ambiance de respect et de discussion. Les sujets abordés sont variés : désencombrement, minimalisme, zéro déchet, etc.

Le podcast est structuré en 3 temps : d’abord une discussion libre sur les défis des gens, puis l’actualité écolo sur un ton positif et enfin « la montée de lait » autour d’une anecdote qui m’a énervée ou un sujet qui me tient à cœur. Par exemple, je n’hésite pas à dénoncer le marketing vert. Dans une prochaine phase, j’aimerais ajouter un moment avec des invités passionnés.

Pendant les temps de jeux en streaming, le contenu est beaucoup plus relax. L’idée est de prendre du plaisir en jouant aux jeux vidéo rétro pour « casser la glace », c’est un prétexte pour lancer la discussion. Je joue principalement à Animal Crossing New Horizon, Zelda, les jeux Nintendo rétros, des petits jeux de simulateurs de jardinage, etc.

Par exemple, en jouant à Zelda : Breath of the Wild la semaine passée, dans une scène de chasse, j’expliquais que je suis végétarienne et que même dans le jeu je ne veux pas tuer tous les animaux, même si c’est un monde imaginaire, certains réagissent par des blagues, d’autres plus sérieusement.

Comment est née l’idée de cette initiative?

Avant la pandémie, j’étais déjà beaucoup sur Twitch. En deux ans, j’ai même développé des amitiés, car j’aimais beaucoup entendre certains streamers en background pendant que je travaillais et parfois je demandais des conseils pour mes vidéos Youtube. Je trouvais un réel soutien dans la communauté de Twitch Québec, beaucoup d’entraide. Alors je me suis demandé : j’incarne ce paradoxe d’être à la fois zéro déchet et gameuse, avec beaucoup de jugement sur les réseaux traditionnels. Pourtant, en 2020, surtout depuis la pandémie, beaucoup de monde a rejoint Twitch pour briser la solitude, y compris des personnes engagées. Il est temps d’arrêter de croire que la technologie est incompatible avec les sujets environnementaux! Alors j’ai eu l’idée de créer ma propre communauté pour amener de nouveaux sujets sur Twitch.

Quel est l’objectif de ce projet?

C’est de briser l’isolement et de rendre le zéro déchet accessible à un nouveau public. Avec mon projet Tendance Radis, j’ai montré qu’il est possible d’être zéro déchet en région, mais aujourd’hui je veux aller plus loin, parler ZD dans un contexte encore différent.

À titre personnel, mon objectif est avant tout d’avoir du plaisir, sans stress de performance, avec un focus sur la créativité avant tout. J’ai été activiste et militante, maintenant je veux amener le ZD par un moyen plus léger. Avec le streaming, je suis en contact direct avec le public, ils peuvent poser leurs questions et partager leur expérience. 

Quel est le lien avec tes autres activités, notamment le Circuit Zéro Déchet?

C’est très différent du format des conférences. Le Circuit Zéro Déchet va continuer à exister et mes conférences aussi. Avec les Zécogeeks, je fais la promotion de mes autres activités, c’est un outil pour me développer et aussi un outil de sensibilisation pour les plus jeunes.

Le lien vers le site du Circuit Zéro Déchet est sur la page Twitch des Zécogeeks, j’ai également programmé des notifications automatiques dans le tchat pour le promouvoir. Par exemple, pendant « l’actu écolo », je lis à haute voix les billets de mon blog.

Zecogeeks

La plateforme

Quelles différences constates-tu avec les autres plateformes de communication utilisées habituellement?

Si je compare aux réseaux sociaux habituels, la différence est vraiment la communauté elle-même, il y a une ambiance d’entraide et de partage entre les streamers. C’est une plateforme pour les créateurs, les artistes. Par exemple, il y a beaucoup de musiciens, d’artistes, de philosophes, etc. C’est plus libre, il y a moins de jugement.

Une grosse différence c’est aussi qu’il n’est pas possible de commenter après les sessions en direct, contrairement à Facebook. C’est aussi pour ça qu’il y a moins de polémiques. C’est super difficile de percer sur Instagram alors que sur Twitch, personnellement, je ne le vois pas comme un monde de compétition, même si certains sont très compétitifs sur Twitch. Tout dépend de nos objectifs.

Pour les personnes introverties, c’est parfois très difficile de créer des liens, de réseauter. Sur Twitch, c’est plus facile, c’est à la fois un espace sécuritaire et un formidable outil pour aborder un sujet aussi important. Comme dans tous réseaux sociaux, il y a des trolls et des gens malintentionnés, mais il est possible de les bannir assez facilement à l’aide de modérateurs. D’ailleurs, l’OMS vient même de publier un article sur le fait que les jeux vidéo sont positifs pour la santé mentale pendant la pandémie. 

Le public

Penses-tu que le rayonnement du zéro déchet pourrait évoluer grâce à ce type de projets, en étant moins associé au rôle de « la ménagère écolo »? Réussis-tu à aller chercher plus d’hommes?

Je suis surprise de voir que ce sont encore beaucoup de femmes qui me suivent alors que la communauté masculine est plus nombreuse sur Twitch. La plupart des hommes qui me suivent sont des étudiants en philosophie et théâtre, car mes contenus sont propices aux échanges sur ces sujets.

Ce n’est pas du tout la même gang que sur mes autres plateformes. Certains followers Facebook sont venus au début, mais ils sont repartis, notamment quand je suis devenue affiliée. Le fait que Twitch appartienne à Amazon en a rebuté certains. Pourtant, toutes les plateformes peuvent être sujettes aux mêmes critiques. Si je ne vais pas dans l’antre de la bête, je ne peux pas combattre la bête donc je suis obligée de piler sur mes principes par certains aspects pour rejoindre plus de monde. La grande majorité de mes followers sur Twitch sont nouveaux, ils ne me connaissent pas d’ailleurs.

Sais-tu si tu as du public régulier ou à chaque fois ce sont des personnes différentes?

Ceux que j’ai réussi à accrocher reviennent et sont abonnés. J’en ai déjà une dizaine. Leur abonnement leur permet de supprimer la publicité et de me soutenir.

Pour suivre les Zécogeeks

Par Marguerite Rose et Rachel Lanthier pour l’association québécoise zéro déchet

Journée internationale des bénévoles

99 % des activités de l’AQZD et du Festival Zéro Déchet sont bénévoles.

Depuis 1985, l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) a nommé la journée du 5 décembre comme étant la Journée internationale des bénévoles. Cela à pour but de souligner la contribution des bénévoles dans les communautés.

Leur rendre hommage et les remercier pour leur soutien depuis longtemps est la moindre des choses.

Nous tenions également à remercier nos membres du Conseil d’administration (C.A.) pour leur énorme travail entièrement bénévole : Audrey Mougenot, Alexis Grenon, Patricia Hénault, Cynthia Bouchard-Gosselin, Camille-Charlotte Gilbert-Lapointe, Anaïs Potier et Laure Mabileau.

Voici les témoignages de nos appréciés bénévoles après avoir passé du temps avec nous.

Nathalie Ainsley

Bénévole – Rédactrice de contenu web

Je suis bénévole pour le bonheur que ça m’apporte, quand on se met en action et qu’on s’implique, ça génère un sentiment d’utilité et de fierté.  En 2018, à la suite du rapport du GIEC, je me suis sentie comme si j’étais sur le Titanic et qu’on venait de me dire qu’on fonçait sur un iceberg, je n’ai pas été capable de continuer à prendre tranquillement mon verre de vin au bar.  Je veux être capable de regarder mes petits-enfants dans les yeux et leur dire : « Quand elle a su, grand-maman a fait tout ce qu’elle pouvait! ». Je suis à l’AQZD parce que c’est cette forme d’action positive qui me rejoint, jamais dans la culpabilisation mais dans la prise de conscience qu’on a un pouvoir plus grand qu’on pense, en tant que citoyen.ne et consommateur.trice.  Qu’il y a un mouvement qui est en marche et qu’on a bien plus de fun à en faire partie qu’à le regarder passer.

Andrée-Anne Lambert

Bénévole

J’ai commencé à m’impliquer avec l’AQZD lors de la première édition du Festival Zéro Déchet. J’avais assisté à une conférence sur le zéro déchet quelques mois plus tôt avec mon mari et ça nous avait beaucoup fait réfléchir sur notre consommation et nos habitudes de vie. Alors qu’on pensait être presque des citoyen.ne.s modèles pour l’environnement, on s’est rendu compte qu’on avait en fait toutes sortes d’angles morts, des choses qu’on pouvait facilement changer, mais auxquelles on n’avait simplement jamais pensé. J’ai donc voulu m’impliquer pour continuer à apprendre, mais aussi pour à mon tour être en mesure d’être cette étincelle pour d’autres, pour ceux qui voudraient changer s’ils savaient qu’il y a des options. Ça m’a permis de rencontrer des gens inspirants qui me motivent à continuer.

Amélie Marchand

Bénévole – Photographe

J’ai commencé à m’impliquer à l’AQZD en 2018 en tant que photographe pour le Festival Zéro Déchet, j’ai été présente aux kiosques d’informations de l’AQZD à plusieurs reprises puis j’ai commencé à faire de la traduction à l’automne 2020.  Ce qui m’a marquée dès ma première expérience au Festival Zéro Déchet c’est l’impression de faire partie d’une fourmilière de bonnes idées! J’étudie en sciences de l’environnement à l’université et il est très facile de se laisser décourager par l’ampleur du travail à accomplir pour rendre notre quotidien plus durable. M’impliquer à l’AQZD m’apporte beaucoup d’espoir parce que je découvre de nouvelles initiatives positives tous les jours. Depuis deux ans, j’ai eu l’occasion de rencontrer des personnes entreprenantes et inspirantes et j’ai réalisé que les solutions existent en grand nombre. La communauté grandissante autour de l’AQZD est énergisante et me motive dans mes études et mes projets. 

Maëlle Reveau

Bénévole – Recrutement, accueil et intégration

Après mes deux participations au Festival Zéro Déchet en tant qu’exposante, je me suis dit, let’s go c’est à mon tour de m’impliquer avec l’AQZD! Pourquoi l’AQZD? Pour le partage des mêmes valeurs, pour sensibiliser mon entourage, pour promouvoir le zéro déchet et la consommation éco-responsable, pour que mon implication est un sens, une utilité, un but. Mes missions? Je m’occupe du recrutement, de l’accueil et de l’intégration des nouveaux et des nouvelles bénévoles et c’est un plaisir de rencontrer toutes ces personnes. Ce que ça m’apporte? L’envie de m’impliquer d’autant plus, d’élargir mon réseau, de découvrir, d’apprendre, de partager, d’agir. De l’espoir, car je suis persuadée que chaque petit geste compte. 

Maude Laflamme Lessard

Bénévole – Festival Zéro déchet

J’ai choisi d’être bénévole pour l’AQZD parce que la mission rejoint énormément la mienne. Je souhaite faire ma part et démontrer mon soutien indéfectible au mouvement zéro déchet dans la lutte aux changements climatiques. Côtoyer des gens qui ont des valeurs similaires aux miennes me nourrit grandement. Je me souviendrai toujours de mon expérience de bénévole au Festival Zéro Déchet en 2019 qui fut très enrichissante et qui m’a permis de rencontrer des gens formidables!

Philippe Noubani

Bénévole – comité certification

Je crois fondamentalement que la réduction à la source est la meilleure manière de réduire la quantité de matière résiduelle que chaque citoyen.ne produit. L’AQZD a été créée principalement afin de promouvoir cette solution alors c’était logique de me joindre à eux afin de supporter leurs efforts. Les causes environnementales sont celles qui me rejoignent le plus depuis quelques années. Réduire la quantité de matière résiduelle produite, réduire l’utilisation du plastique et réduire le gaspillage alimentaire sont tous des causes qui me tiennent à cœur. J’ai la chance de me joindre à un jeune OBNL, remplie de bénévoles motivés et dévoués, duquel je peux apprendre tellement en suivant son évolution. J’ai aussi le privilège de participer à un projet de certification qui aidera à promouvoir le mouvement zéro déchet en éduquant, encourageant et récompensant les nombreuses entreprises qui désirent réduire la quantité de matière résiduelle qu’elles produisent. C’est vraiment un beau projet. Mon premier contact avec les membres de l’AQZD était lors d’un 5 à 7 organisé par les fondateurs de l’organisme afin de remercier ses bénévoles. J’ai été accueilli à bras ouverts et, dès le début, il m’était évident que les membres de cet organisme était très sérieux au sujet d’avoir un impact profond et durable sur la problématique des matières résiduelles. Je savais instantanément que j’étais à la bonne place.

Catherine Deninger

Bénévole

Lorsque je suis allée au Festival Zéro Déchet en 2017, j’étais loin de me douter que je deviendrais par la suite bénévole et même conférencière pour l’AQZD! J’étais alors encore convaincue que le recyclage et le compost étaient des solutions durables, mais j’ai rapidement compris qu’être bénévole pour l’AQZD, c’est beaucoup plus que montrer aux gens à trier leurs poubelles! En mettant sur pied une cellule locale AQZD dans la Vallée-du-Richelieu, j’ai été agréablement surprise de constater l’enthousiasme des participants de 5 à 75 ans à ramasser des déchets lors de notre toute première Course aux déchets en 2019 et lors de notre tout nouveau projet d’accompagnement zéro déchet pour les citoyen.ne.s pour 2021. Je crois que le plus important pour moi dans le zéro déchet, c’est l’entraide et le défi de remettre en question le statuquo. 

Par Maëlle Reveau et Rachel Lanthier pour l’association québécoise zéro déchet

Montre-nous tes bocaux!

Au cours du mois de septembre, nous avons fait un sondage sur le Facebook de l’AQZD pour savoir quels commerçants acceptent toujours les bocaux en temps de pandémie? Vous avez été TRÈS nombreux à nous répondre alors, voici les résultat!

Premièrement, NousRire est dans BEAUCOUP de région du Québec. Découvrez s’ils sont dans votre coin!

Également, sur le site du Circuit Zéro Déchet, vous trouverez plein d’information région par région.

Montréal

Montérégie

Vrac & Bocaux – Rosemont, Plateau Mont-Royal

Produits Lemieux – Plateau Mont-Royal

Maison Écolonet – Rosemont

Épicerie LOCO Villeray, Verdun, Ahuntsic et Plateau Mont-Royal

Méga-Vrac – Rosemont, Hochelaga et Plateau Mont-Royal

Épicerie Muscade – Plateau Mont-Royal

Terre à soi – Hochelaga

Salon de Thé Oasis – Rosemont

Mère Nature – Ils ont plusieurs point de vente

L’Escale Verte – Ahuntsic et Cartierville

Vrac en Folie – Petite-Italie

Biothentique – Maisonneuve

Le Vrac du Canal – Lachine

Marchés TAU – Plateau Mont-Royal, Saint-Léonard et Saint-Laurent

Bokal – Beloeil

Produits Lemieux – Brossard

Épicerie LOCO – Brossard

La Maison du Zéro Déchet – Chambly

Éco-Vrac – Lacolle

Épicerie Réserves – Boucherville

Lavallée Verte – Candiac

Boutique Uzage – Saint-Hyacinthe

Orange Coco – Granby

Refill & Co – La Prairie

Marchés TAU – Brossard

Espace Organique – Longueuil

Coup de pousse – Boucherville

Estrie

Laurentides

Mille et une noix – Sherbrooke

Le Silo – Sherbrooke

Mange Ta Main – Lac Mégantic

123Zero – Magog

L’Écolo Boutique – Sherbrooke

Umano – Sherbrooke

Avrac A’davrac – Sherbrooke

Vrac et vous – Mont-Tremblant

Espace Zéro Déchet – Blainville

La Moisson – Sainte-Thérèse

Marchés TAU – Blainville

Dans mon bocal – Sainte-Adèle

La Bohémienne – Rivière-Rouge

Bio Sattva – Val-David

Encore & Co – Saint-Jérôme

Capitale-Nationale

Lanaudière

Produits Lemieux – Saint-Roch

Origine en vrac – Charlesbourg

L’Escargot Gourmand – Sillery

La Récolte – Limoilou et Montcalm

Le Haricot Magique – Québec

L’Atelier en Vrac – Stoneham-et-Tewkesbury

Uni-Vrac – Université Laval de Québec

Le Minimaliste – Lorretteville

Au Fruit des Moines – Québec

Mille & un Bocaux – Donnacona

Relais Mieux-Être – Rawdon

Centre Inspire – Lavaltrie

Vie & Cie – Saint-Jean-de-Matha

BioVrac – Mascouche

L’arc en vrac – Joliette

Magasin Général Vrac & Compagnie – Repentigny

Pro-Terre – Terrebonne

Folles d’ici – Joliette

Vie et Cie – Saint-Jean-de-Matha

Centre-du-Québec

Laval

Santé en vrac – Nicolet

L’Atelier Québécois – Drummondville

Au Poivre Noir – Saint-Léonard-d’Aston

Le Panier Santé – Drummondville

La Brise Verte – Laval

Marchés TAU – Laval

Chaudière-Appalaches

Saguenay–Lac-Saint-Jean

Bidon Rempli – Lévis

L’idée verte – Thetford Mines

La Réserve – Arvida

Le Lac en Vrac – Alma

Bas-Saint-Laurent

Mauricie

Le Vrac – Rivière-du-Loup

Santé en vrac – Trois-Rivière

Outaouais

Abitibi-Témiscamingue

La Mesure – Maniwaki

Écolovrac – Amos

Aki – Val d’Or

Les Saveurs Folles – Rouyn-Noranda

Côte-Nord

Gaspésie – Îles-de-la-Madelaine

Renard Bleu – Port-Cartier

Le Vrac et Bio – Îles-de-la-Madelaine

L’Armoire – Sainte-Anne-des-Monts

Par Rachel Lanthier pour l’association québécoise zéro déchet