L’éponge tawashi : une alternative ludique, durable et écologique

Vous connaissez vous l’éponge tawashi?

L’éponge tawashi, originaire du Japon, est une éponge faite main qui peut être tricotée ou tissée. C’est donc un processus de fabrication ludique et créatif, accessible à tous. Elle se fabrique à partir de tissu récupéré comme un t-shirt, des collants, des chaussettes. Elle est solide, durable et lavable à la machine! Elle peut tout aussi bien remplacer votre éponge synthétique de vaisselle que celle utilisée pour le ménage. Voilà donc une alternative plus écologique!

Pourquoi abandonner votre éponge classique en 3 arguments?

  1. Que ce soit l’éponge synthétique (fabriquée en mousse de résine, un dérivé du pétrole) ou l’éponge végétale (fabriquée à base de viscose issue de cellulose), elles utilisent des ressources fossiles ou forestières non durables.

  2. Leur processus de fabrication et leur cycle de vie sont énergivores, coûteux et polluants.

  3. Elles durent peu de temps et sont jetées à la poubelle, car elles sont non biodégradables. De plus, la plupart du temps, elles sont emballées dans du plastique lors de la vente.

Avantages et inconvénients d’une éponge tawashi

Des avantages…

Il y en a beaucoup!

  • Durable : elle dure environ six fois plus longtemps qu’une éponge classique.

  • Économique : voire gratuite si vous recyclez vos vieux vêtements!

  • Lavable : et oui! Simplement, à la laveuse!

  • Zéro déchet : elle n’utilise que des produits recyclés.

  • Plus saine : au niveau du cycle de vie de l’éponge tawashi, on peut difficilement faire mieux ; elle incarne l’économie circulaire. Vive la seconde vie des vêtements!

 
Des inconvénients…

Facilement contournables!

  • Moins abrasive : une solution simple est d’utiliser en complément une éponge en fibre de bambou abrasive, par exemple.

  • Peu absorbante : il est possible que vous deviez remettre du liquide vaisselle plus souvent qu’avec une éponge classique mais rien de catastrophique.

  • Sèche moins bien : très facilement contournable car la petite boucle permet de l’accrocher au tuyau du robinet!

Enfin, si vous n’êtes absolument pas porté.e sur les travaux pratiques, cette alternative ne vous convient peut-être pas. Cependant, il en existe une autre : l’éponge luffa.

Sa conception en 6 étapes, 3 outils et 5 minutes

1. Préparer son matériel

Le matériel nécessaire comprend :

  • Un cadre pour le tissage
  • De vieux (ou moins vieux) tissus à recycler
  • Une paire de ciseaux

Lors de la conception d’une éponge tawashi, la première étape consiste à trouver son cadre de tissage : la planche de bois recyclé avec vingt clous plantés (faites un carré de cinq clous par cinq). Il existe d’autres options, telles qu’un contenant assez gros pour accueillir cinq pinces à linge sur chaque côté ou encore un patron en carton arborant cinq encoches par côté. Ce sera selon votre préférence, votre imagination et les outils à votre disposition!  À noter aussi que vous pouvez vous amuser à tisser avec plus de cinq brins! L’attrait dans la conception de son éponge tawashi, c’est aussi de pouvoir être créatif sur les couleurs, les types de tissus et le nombre de brins tissés.

2. DÉCOUPER LES PIÈCES DE TISSUS

Découper des bandes de 2 à 3 cm de largeur (10 ou plus, au choix). Selon le tissu choisi, les « propriétés » de l’éponge seront différentes. Par exemple, si vous utilisez des pièces de coton, l’éponge sera un peu plus rêche, moins souple et sera tout indiquée pour les poêles, casseroles, etc. Alors que si vous utilisez des pièces de tissus en fibre synthétique extensibles (comme les collants), l’éponge sera mieux indiquée pour des surfaces plus fragiles et aura une meilleure souplesse. De même, si elle est en toile de jute, elle sera forcément plus abrasive.

3. Placer les 5 premiers morceaux à l’horizontale

Comme sur la photo, placez vos 5 premiers morceaux de tissus à l’horizontale.

4. Mise en place du carré de tissage

Pour finir la mise en place du carré de tissage, prenez un premier morceau de tissu que vous souhaitez placer à la verticale. Mais attention ! Le morceau doit passer d’abord au-dessus du premier morceau horizontal, puis alternativement en dessous du deuxième, au-dessus du troisième, de nouveau en dessous du quatrième, puis au-dessus du cinquième, jusqu’à l’accrocher au clou du côté opposé.

Faire de même avec les quatre autres morceaux en alternant le tissage, c’est-à-dire pour commencer à installer le deuxième morceau vertical, vous commencerez par en dessous (si vous aviez commencé par le dessus pour le premier  morceau) et ainsi de suite pour les autres morceaux.

5. Tisser

Quand le carré de tissage est finalisé, le tissage peut commencer. Le but est de suivre le pourtour du tawashi :

Détachez du clou (sans lâcher) la boucle de l’extrémité d’un morceau situé sur le bord d’un côté. Faites passer l’extrémité du deuxième morceau (son voisin) dans la boucle du premier morceau. Lâchez la première boucle. Faites ensuite passer la boucle du troisième morceau dans celle du deuxième. Et ainsi de suite jusqu’à faire le tour du tawashi et ne garder qu’une boucle finale qui servira pour suspendre l’éponge. 

En somme, vous ne devez jamais avoir la même extrémité de morceau dans la main. Pour les plus visuels d’entre vous, voici une illustration GIF.

6. Créer une boucle d’attache

Vous pouvez créer une boucle d’attache en passant la dernière boucle dans la première à deux reprises. Cette boucle sera utile pour suspendre l’éponge tawashi pour qu’elle sèche entre deux vaisselles.

Astuces pratiques d’utilisation et d’entretien

Astuce numéro 1

Après chaque utilisation, accrochez votre éponge tawashi grâce à sa boucle d’attache (voir l’étape de conception) afin qu’elle sèche correctement et que les odeurs ne se développent pas.

En pratique : Même en oubliant de la suspendre correctement, il y a peu d’odeurs qui se développent.

Astuce numéro 2

Pour les casseroles et les plats qui nécessitent un pouvoir abrasif plus efficace, utilisez une éponge en fibre de bambou ou en coquilles de noix, ou encore les boules de laine d’acier ou « paille de fer » (que vous pouvez facilement trouver en magasins vrac ou bio).

En pratique : L’éponge en fibre de bambou dure environ un an dans la cuisine et peut être recyclée, par exemple, pour le nettoyage de la salle de bains par la suite. En fin de vie, direction le compost! Pour faire encore plus naturel et circulaire, il semble que les coquilles d’œufs (lavées et réduites en poudre) soient une excellente poudre à récurer. À tester!

Astuce numéro 3

Pour éviter que la saleté ne se coince dans l’éponge tawashi, tissez votre éponge ni trop lâche (pour éviter que de la nourriture ne se coince dedans), ni trop serré (pour éviter de développer des odeurs).

En pratique : Au début, il est possible que vous vous retrouviez avec une éponge qui devient trop lâche ou qui se détisse  carrément. Pas de panique, on ne baisse pas les bras, l’avantage, c’est que vous avez tout sous la main pour la refaire en deux temps trois mouvements!

Astuce numéro 4

Lavez régulièrement votre tawashi à la laveuse au-dessus de 60°C.

En pratique : Vous pouvez les laver en même temps que les draps, serviettes et torchons environ tous les 3 mois.

Par Lise Millera Ferriz pour l’association québécoise zéro déchet