Le compost à froid !

Voici le meilleur truc duquel vous munir pour faire mentir les sceptiques de ce monde, armés de leur « ça pue, ça attire les mouches et les vers ».

L’abondance des odeurs et des insectes, il s’agit assurément de la croyance la plus répandue à propos du compost. Ceci dit, l’une des manières les plus efficaces pour éviter que toutes sortes d’odeurs émanent de votre bac de compost, c’est de le garder au froid. Au très grand froid. Votre congélateur devient ici un allié de choix ! En effet, on peut congeler les matières organiques jusqu’au jour de la collecte pour éviter que les odeurs se prolifèrent. Qui sait ? Sans odeur, les membres de votre foyer retrouveront peut-être l’envie de composter. Une fois mise à l’épreuve, cette pratique sera rapidement intégrée à votre quotidien, et composter n’aura jamais apporté si peu de désagréments !

Côte pratico-pratique, il existe deux principales façons de stocker votre compost dans votre congélateur :

  • Mettre les résidus organiques directement dans le petit bac fourni par votre municipalité et transférer le contenu du bac dans le plus grand bac brun au moment de la collecte. 
  • Si votre congélateur ressemble davantage à une partie de Tetris ou que votre petit bac est utilisé dans une autre pièce, vous pouvez simplement mettre les résidus organiques dans un sac compostable. 

À vous de voir quelle option convient le mieux. Évidemment, si la congélation de votre compost sur une base régulière ne vous apparaît pas nécessaire ou vous semble plutôt irréalisable parce que votre partie de Tetris est sans issue, c’est un truc qui devient particulièrement intéressant pendant les jours de canicule et convient aux restes de table plus odorants tels que du poisson ou à ceux qui attirent particulièrement les insectes comme les restes de fruits. C’est donc une pratique que l’on peut utiliser sporadiquement, lorsque nécessaire.

Si la congélation des matières organiques ne convient pas du tout, gardez en tête que l’ajout de matière sèche ou azotée dans votre compost ralentira la décomposition et, en conséquence, la prolifération des odeurs. Les papiers journaux, les mouchoirs et les papiers essuie-tout remplissent très bien ce rôle. 

Parlons bouillon maison

Compost et congélateur font également bon ménage quand vient le temps de parler de bouillon. Simple comme bonjour : vous n’avez qu’à conserver les épluchures de légumes dans un contenant ou sac hermétique à part dans votre congélateur pour donner vie à un savoureux bouillon de légumes maison en les faisant infuser dans une grande quantité d’eau chaude avec quelques aromates (ail, herbes salées, etc).

Source : Courtoisie de l’auteure

Évidemment, certains retailles (carottes, courgettes, oignons, pieds de champignons ou de céleri, poivrons, etc.) se prêtent mieux que d’autres, alors que d’autres conviennent moins bien à la confection d’un bouillon maison. Pensons notamment aux épluchures de pommes de terre noircies contenant de la solanine et aux légumes crucifères qui donnent un goût et une odeur amers. Il est donc conseillé de se renseigner sur les meilleures pratiques en termes de bouillon maison avant de se lancer, et surtout, de le faire avec plaisir, si le cœur vous en dit. Pas de pression !

 

Catherine Ouellet, pour l’Association québécoise Zéro Déchet