Se mettre en forme à la maison, sans créer de déchets

Quand les gyms ont dû fermer leurs portes à cause de la COVID-19, comme beaucoup, je me suis retrouvée un peu chamboulée; sans être une grande adepte de sport, j’ai l’habitude d’y aller deux fois par semaine pour garder la forme. La première chose qui m’est venue en tête: vais-je devoir acheter de l’équipement pour me maintenir en forme? Pourtant, s’il y a bien un message que le zéro déchet m’a appris, c’est de réduire et réutiliser, et non d’acheter des produits neufs pour un usage temporaire.  C’est donc ce que je veux partager aujourd’hui: confinement ou pas, il est possible de se mettre en forme à la maison tout en étant zéro déchet. Il suffit de faire preuve d’un peu de créativité et de flexibilité! Voici quelques idées pour vous inspirer.

  • Vêtements et chaussures

Avec la montée en popularité du style « athleisure », il est tentant de s’acheter de beaux ensembles de vêtements sportifs bien assortis. Après tout, si ça vous aide à vous sentir bien dans votre peau et vous pousse à vous entraîner plus fréquemment, faites-le; mais pensez à chercher des articles de seconde-main dans les friperies ou en ligne. Il existe également plusieurs marques spécialisées qui sont écologiques et parfois même faites ici au Québec (nous vous en présenterons une, d’ailleurs, dans notre prochain billet)! Sinon, fouillez d’abord dans votre garde-robe. Pour ma part, je n’avais pas de manteau pour aller faire du jogging dehors. Quand les gyms ont fermé en mars, ça ne m’a pas arrêtée: par-dessus mes vêtements de gym, je portais un vieux coton ouaté et un léger coupe-vent. Un ensemble un peu toutes les couleurs et pas très sexy, mais suffisamment confortable et chaud pour cette activité. Après tout, c’est ce qui compte: être bien!

  • Équipement et machines

Premièrement, il existe une plénitude de vidéos en ligne qui présentent des entraînements pour lesquels aucun équipement spécifique n’est nécessaire: yoga, power cardio, danse, kick boxing… Il y en a pour tous les goûts! Souvent, peu d’espace est requis; j’arrive très bien à les suivre dans le salon de mon appartement montréalais.  Au gym, on a accès à toutes sortes d’équipements: tapis roulants, machines de musculation, haltères, etc. Alors, comment recréer l’expérience chez soi? Une fois encore, la créativité est de mise pour s’inventer quelques machines et accessoires.

Si vous trouvez des routines où des haltères ou élastiques sont nécessaires, ce n’est pas impossible quand on n’en possède pas. Par exemple, pour des poids d’environ une à trois livres, on peut très bien utiliser n’importe quel objet d’un certain poids, qui se tient bien dans les mains, comme une bouteille d’eau réutilisable bien remplie ou même une boîte de conserve. Pour remplacer une bande élastique, j’ai trouvé dans mes tiroirs une vieille paire de collants trouée. Profitez-en pour donner une deuxième vie à certains objets, tout en vous permettant de ne pas sacrifier certains exercices. 

  • Autres conseils

Il existe d’autres aspects d’une routine de mise en forme où on peut appliquer les principes du zéro déchet: l’alimentation, l’hydratation, les soins du corps. Je n’entrerai pas dans tous les détails car l’alimentation et les produits pour le corps font partie d’une discussion à part entière, mais voici quelques suggestions qui touchent fréquemment l’activité sportive.    Hydratation: Évidemment, on emploie une bouteille d’eau réutilisable.   Déodorant: Il existe plusieurs alternatives : on peut en faire maison ou s’en procurer en vrac dans certaines boutiques écologiques. Les formules sont un peu différentes. Tout ne plait pas à tout le monde et c’est bien correct! Si vous n’êtes pas prêts à faire ce saut, commencez par un simple déodorant naturel, plus facile à trouver en pharmacie.   Lavage: Comme la plupart des vêtements de sport sont fabriqués de fibres synthétiques, quand on les lave, des microfibres plastiques se retrouvent inévitablement dans nos égouts. Il existe des filtres à laveuse pour les capturer, mais si vous n’en avez pas, essayez simplement de minimiser les lavages: si le vêtement n’est pas sale et ne dégage pas de mauvaise odeur, il peut très bien être porté une deuxième ou troisième fois. 

Ces solutions ne sont pas toujours aussi optimales que des équipements professionnels, donc assurez-vous de faire des choix sécuritaires. Pour une utilisation sérieuse à long terme, il n’y a pas de mal à s’acheter de l’équipement de qualité, mais si, comme moi, vous cherchez une solution temporaire et zéro déchet, j’espère que ces quelques idées vous auront inspirés. Amusez-vous et n’hésitez pas à partager vos expériences de mise en forme zéro déchet avec nous!

 

Caroline Tremblay, pour l’Association québécoise Zéro Déchet