Nos téléphones seront durables (partie 2) : une démarche en trois temps

Comme nous l’avons vu dans la première partie de cette minisérie, le téléphone cellulaire génère des impacts considérables sur l’environnement. Sa phase de fabrication est responsable de 75 % des gaz à effet de serre (GES) émis pendant toute sa durée de vie. Selon l’ADEME, les trajets impliqués dans la production d’un téléphone correspondent à quatre tours du monde.Du point de vue mondial, 720 millions de téléphones sont jetés aux ordures chaque année, contribuant à la pollution des sols, de l’air et des écosystèmes, affectant la santé des populations des pays du Sud. Au Québec, seulement 9 % des téléphones cellulaires ont été récupérés en 2018 à des fins de recyclage par la filière officielle du gouvernement (filière gérée par l’Association pour le recyclage des produits électroniques ou ARPE).

Nous vous avions promis des conseils pratiques et un grand nombre de ressources pour lutter contre ces chiffres anxiogènes : les voici !

UNE DÉMARCHE DÉTOXIFIANTE EN 3 TEMPS

Ilona Titova, Shutterstock

Étape 1 : Je prends un moment de réflexion, je répare et je résiste !

Réduire l’impact environnemental de son téléphone, c’est d’abord retarder le plus longtemps possible son remplacement !

C’est donc résister à tout prix aux sirènes du marketing des grandes marques qui — on connaît la chanson — investissent des millions de dollars dans des campagnes publicitaires pour nous convaincre que le bonheur passe par la meilleure cellule optique, la vitesse du microprocesseur ou la personnalisation d’un étui de téléphone. Plus grand, plus rapide, plus beau… N’est-on pas un peu las de ces vieilles rengaines ? Elle est loin, l’époque où l’on s’extasiait devant la taille des écrans ou la qualité des photos. Se passionner par la mise en marché d’un nouveau modèle de téléphone est presque devenu « un anachronisme », comme l’écrit Shira Ovide, chroniqueuse dans le New York Times.

Osez faire face à l’ultime question : les bienfaits d’un tout nouveau téléphone compensent-ils ses impacts ? Suis-je en train de répondre à un besoin précis, ou de suivre la tendance (qui conduit, ne l’oublions pas, aux conséquences planétaires décrites plus hautes) ? Ai-je la possibilité de reporter mon achat de 2, 4 ou 6 mois ?

Réduire l’impact environnemental de son téléphone, c’est aussi prendre soin de son vieux serviteur pour prolonger le plus longtemps possible sa durée de vie. Un problème technique ? Les fabricants offrent un service après-vente (sur leur propre site ou à travers des réparateurs agréés) pour régler les dysfonctionnements les plus courants et les défaillances avérées d’un modèle. 

De petites entreprises indépendantes sont souvent capables d’effectuer des réparations beaucoup plus poussées, avec une garantie, et à moindre coût. Citons par exemple iPhoenix (Montréal), MobileNinja (Sherbrooke), Oups (Québec, Brossard, Jonquière), SOS Phone (Québec, Longueuil) et UniverPhone (Montréal, Saint-Eustache). Vous vivez au bout du monde ? Envoyez-leur votre téléphone via Poste Canada. Le site iFixit vous aide aussi à effectuer certaines réparations vous-mêmes en offrant notamment une série de tutoriels et de manuels. Insertech organise également des ateliers de réparation gratuits à Montréal tout en favorisant l’insertion professionnelle. Quand on sait qu’un quart des Canadiens préfèrent acheter un produit électronique neuf plutôt que de le faire réparer, on a envie de partager ces tuyaux le plus vite possible !

Étape 2 : J’agis en consommateur.rice éclairé.e lors de l’achat d’un nouveau téléphone

Ayez le réflexe de vous tourner vers les marchés d’occasion afin d’économiser les ressources planétaires. Optez pour un appareil reconditionné (d’occasion, mais remis à neuf), pour toutes les garanties de durabilité qu’il procure : Go-Recell (Montréal), Insertech, MobileNinja, Oups, Recycell, SecondCell, SOSPhone.

Si votre entreprise renouvelle sa flotte de téléphones, saisissez cette excellente occasion de vous procurer un appareil récent et fonctionnel, pour un prix entre 50 $ et 100 $. Ces appareils n’ont toutefois pas été reconditionnés et peuvent présenter certains dysfonctionnements. Renseignez-vous sur les conditions de retour et vérifiez l’autonomie de la batterie.

Étape 3 : Je me sépare de mon ancien téléphone avec éthique

Si vous devez absolument acheter un appareil tout neuf, offrez d’abord une nouvelle vie à votre vieux compagnon ! 44 % des Canadiens déclarent entreposer leurs vieux téléphones chez eux, alors qu’ils pourraient facilement être donnés, reconditionnés ou recyclés, évitant l’extraction de métaux rares et l’émission de tonnes de GES engendrés par la production de millions de nouveaux téléphones.

  1. Si votre vieux téléphone fonctionne encore, pensez à l’offrir à quelqu’un qui en a besoin, comme 15 % des Canadiens. Peut-il faire le bonheur d’un proche qui se contenterait de sa « médiocre performance » ? Pensez aussi aux organismes caritatifs.
  2. S’il n’est pas réparable, et qu’il n’intéresse personne, récupérez vos données, ôtez la carte SIM et déposez-le dans un point de collecte certifié par l’ARPE. Il sera alors reconditionné si possible, c’est-à-dire que les composants défectueux qui peuvent être remplacés le seront, ce qui lui permettra d’être remis en marché et de prolonger sa durée de vie. 
  3. Apportez-le à votre écocentre, si celui-ci accepte les déchets électroniques. Il sera alors pris en charge par la filière de recyclage officielle.
  4. En aucun cas il ne doit terminer sa vie aux ordures ménagères. Sachez aussi qu’un téléphone jeté dans le bac de recyclage finira dans tous les cas à l’enfouissement.

 

Si votre entreprise renouvelle sa flotte de téléphones, saisissez cette excellente occasion de vous procurer un appareil récent et fonctionnel, pour un prix entre 50 $ et 100 $. Ces appareils n’ont toutefois pas été reconditionnés et peuvent présenter certains dysfonctionnements. Renseignez-vous sur les conditions de retour et vérifiez l’autonomie de la batterie.

Alors, prêts.es ?

Et si, en 2022, on s’engageait à ne pas acheter de cellulaire neuf ?

Kilian Seiler, Unsplash

Ces articles pourraient aussi vous intéresser :

Nos téléphones seront durables : les impacts de nos cellulaires

Une solution à l’obsolescence ?

Comprendre le cycle de vie pour mieux consommer

L’économie circulaire : La voie du zéro déchet 

 

Sources :

ADEME. (2019, décembre). Les impacts du smartphone. https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-impacts-smartphone.pdf

ADEME. (2021, janvier). La face cachée du numérique. Réduire les impacts du numérique sur l’environnement. https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/guide-pratique-face-cachee-numerique.pdf

Corlay, F., & Minden, J. V. (2020, 3 juillet). Smartphones: de la prouesse technologique au scandale humanitaire et environnemental. ILERI. https://www.ileri.fr/smartphones-prouesse-technologique-scandale-humanitaire-environnemental/

Greenpeace. (2017, février). From Smart to Senseless: The Global Impact of 10 Years of Smartphones. https://www.greenpeace.org/usa/wp-content/uploads/2017/03/FINAL-10YearsSmartphones-Report-Design-230217-Digital.pdf

National Geographic. (2019, février). Bolivie : l’extraction du lithium menace le plus grand désert de sel du monde. National Geographic. https://www.nationalgeographic.fr/environnement/bolivie-lextraction-du-lithium-menace-le-plus-grand-desert-de-sel-du-monde

Paré, I. (2018). Combattre l’obsolescence programmée, une réparation à la fois. Le Devoir. https://www.ledevoir.com/societe/consommation/540593/consommation-combattre-l-obsolescence-programmee-une-reparation-a-la-fois

Recyc-Québec. (2020). Bilan 2018 de la gestion des matières résiduelles au Québec. Recyc-Québec. https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/sites/default/files/documents/bilan-gmr-2018-complet.pdf

Recyclemoncell. (2020). Soutien toujours plus important au programme de recyclage des cellulaires usagés. Recyclemoncell. https://www.recyclemycell.ca/fr/1248-2soutien-toujours-plus-important-au-programme-de-recyclage-des-cellulaires-usages/

Schoettel, A. (2019, 8 mai). Comment lutter contre la pollution digitale ? France Copywriter. www.francecopywriter.fr/pollution-digitale-2019

Shields, A. (2021). Cellulaires et ordinateurs portables sont très peu récupérés au Québec. Le Devoir. https://www.ledevoir.com/societe/environnement/597139/cellulaires-et-ordinateurs-portables-sont-tres-peu-recuperes-au-quebec

Ovide, S. (2021, 12 août). On Tech. Smartphones Won. We Can Ignore Them. The New York Times. https://www.nytimes.com/2021/08/12/technology/new-smartphone-models.html